critique

 

Jacqueline LEMAITRE
L'évasion à portée de main

Largement inspirée par la mer, Jacqueline Lemaître aime laisser sa pensée naviguer. Tout ce qu'elle peint semble imprégné de lumière et de vent. Son œuvre est une constante invitation à laisser toute lourdeur derrière soi.

Navigation intérieure

Jacqueline Lemaître a d'abord pratiqué l'huile sur toile avant de s'initier à l'aquarelle et au pastel, médiums qui, assure-t-elle, lui ont vraiment permis de « trouver son style », sa marque personnelle. Assez proche de l'abstraction de par son parti pris de construction, J. Lemaître structure ses sujets autour de grandes lignes conductrices qui font le plus souvent penser à des mâtures, des gréements. S'il est aisé de saisir à quels thèmes son travail se réfère - les voiliers y sont pratiquement omniprésents - y rechercher une copie du réel serait commettre un contresens. Avant toute chose, J. Lemaître ne songe qu'à s'évader, à laisser sa pensée naviguer sans entrave, convoquant par ce biais l'imaginaire du spectateur. « La présence de la mer m'influence constamment, avoue-t-elle. Et comme j'habite près de Cherbourg, le rivage n'est jamais bien loin. Toute ma vie j'ai aimé la mer. En période de vacances, il suffisait que je m'en trouve momentanément éloignée pour sentir à quel point sa présence pouvait me manquer.» Et cependant, Jacqueline avoue redouter la navigation. « Lorsque mon mari possédait un Zodiac, je ne suis jamais montée à bord. » II n'est pas nécessaire d'avoir le pied marin pour pouvoir voyager dans sa tête. C'est du reste sans grand danger. La part du rêve n'est-elle pas, elle aussi, constitutive de l'être ?

Le fluide et le vaporeux

Si, chez Jacqueline Lemaître, « la ligne suggère le mouvement », sa peinture vise à exprimer le fluide et le vaporeux. S'efforçant d'obtenir des couleurs « lisses » que la lumière fait miroiter et fusionner au gré de ses compositions, elle aboutit parfois à un joyeux feu d'artifice. Les voiles tendues dérivent vers l'inconnu, à la merci du seul pouvoir des vents. Et l'on songe volontiers à des vaisseaux fantômes, sans que cela suggère quelque arrière-pensée angoissante. Parmi les livres dont la lecture ne cesse d'alimenter sa réflexion plastique, Jacqueline Lemaître aime à citer « Du spirituel dans l'art » d'un certain Vassily Kandinsky, l'un des grands précurseurs de l'art moderne. Mais avant de suivre sa propre route, il faut du temps, beaucoup de temps et une très grande humilité. C'est pourquoi Jacqueline Lemaître n'a pas craint d'imiter les maîtres, étudiant par ce biais quelques-unes de leurs œuvres majeures.
Parmi ces « guides » intemporels, citons entre autres Van Eyck, Vermeer, Géricault, Murillo, Millet, peintres qui éveillent en elle une respectueuse admiration. Mais exprimer celle-ci n'est-il pas une manière de s'élever, de s'assigner une ambition réellement digne d'intérêt ?

Un esprit porté à l'indépendance

« Je suis relativement indépendante d'esprit, exprime Jacqueline Lemaître, femme de volonté autant que de conviction. Ainsi, quand je prenais des cours d'aquarelle et de pastel, je m'ennuyais très vite en suivant les simples consignes. J'ai alors compris une chose essentielle : sans personnalité, il me paraissait impossible d'arriver à quoi que ce soit. Cela ne pouvait marcher qu'avec un apport personnel, une intuition capable de briser les inhibitions. En fait, je ne voulais surtout pas faire comme tout le monde. Je n'aimais pas que l'on m'indique quelle couleur je devais employer. Une fois la technique acquise, j'ai tout de suite eu envie de créer et je me suis lancée sans éprouver de regret. » Cette décision fut très heureuse...

La création finalement s'est imposée d'elle-même, donnant à Jacqueline Lemaître un horizon à conquérir et un espace ouvert à explorer. Aujourd'hui, les expositions semblent bien s'enchaîner pour elle, l'entraînant comme par ricochets vers différentes destinations. Elle ne craint pas, cette fois, de voyager pour de bon, trouvant dans ces multiples occasions de rencontres une véritable stimulation et une nourriture intérieure. Sans délaisser la mer, plus que jamais inspiratrice, Jacqueline parallèlement explore la musique des sphères. Elle avoue dans le même temps être tentée par la sculpture, pratique à laquelle la prédispose ses grandes architectures imaginaires.

Luis PORQUET
Juin 2008.


Autant elle est timide et réservée lorsqu'il s'agit de parler de son œuvre, autant elle se libère et se laisse aller à la libre expression lorsqu'elle est devant son chevalet. Assurément Jacqueline Lemaître est une véritable artiste et nous avions déjà eu 'occasion de nous en rendre compte lors de sa première exposition personnelle à la mairie. C'était en 2005.

Pour qui avait regardé avec attention cette première exposition, entre ses pastels et peintures à l'huile, le plus souvent des paysages colorés à souhait, quelques aquarelles annonciatrices d'une autre Jacqueline Lemaître s'étaient glissées. Des aquarelles d'où le marin n'est jamais tout à fait absent.

Au vu de cette nouvelle exposition, il est facile de deviner qu'après s'être essayée avec bonheur aux reproductions, au figuratif et au pastel, l'artiste s'est véritablement trouvé une nouvelle voie avec l'aquarelle. Là, pas de contraintes avec le sujet, seulement une belle passion autour de la couleur et des mélanges. Lorsqu'elle ose quelques mots pour commenter son œuvre, Jacqueline Lemaître parle d'une « inspiration qui démarre avec les grandes lignes spontanées issues d'une longue réflexion pour aller à l'harmonie ». La suite vient alors presque tout naturellement, puisqu'apparaissent « des idées façon dessin, accentuées par les couleurs ». Tout cela « sans oublier le figuratif », ou plutôt avec un savant mélange de figuratif et d'abstrait traduit avec beaucoup de force dans les couleurs.

« Symphonies » telle est l'appellation de cette exposition faite d'une cinquantaine d'aquarelles. Ce pourrait être tout aussi bien évasion tant les œuvres invitent au rêve et au voyage dans des paysages qui n'en sont pas, avec des bateaux qui n'en sont pas. « Mon enfant, ma sœur, songe à la douceur d'aller là-bas... » a dit le poète. Jacqueline Lemaître le redit d'une autre manière mais avec un même talent.

Lors du vernissage de cette exposition, l'adjoint au maire, Patrick Leroux, en charge de la culture a parlé d'une «extraordinaire symphonie de couleurs pour une magnifique exposition qui fait bonheur aux artistes du Nord-Cotentin».

La Presse de la Manche
Mai 2008.


Le moins que je puisse affirmer est que Jacqueline LEMAITRE pratique une peinture originale en tous points, en associant la virtuosité d'un gestuel acéré avec l'évocation élégante de motifs métamorphosés en poésie visuelle et vitale.

Ainsi, hors des sentiers battus, en couleurs fluides et nacrées d'où germent lumière et espace, l'artiste propose l'essentiel et en redistribue les formes à son gré tout en maintenant une étonnante source évocatrice.

L'éclat des masses ainsi dynamisé par l'impact, prolonge en générosité nuancée tout ce qu'apporte à l'artiste cet univers ainsi recréé, et dont la marque du talent et l'empreinte de la singularité ne peuvent que captiver l'observateur.

Ces joyaux exacerbés et bouleversés de lignes et de couleurs font pourtant régner un univers d'élans et de créativité purs, où les eaux, les airs, les êtres se plient à la fulgurance de Jacqueline LEMAITRE, et à l'intense vitalité qu'elle extrait de tout ce sortilège d'effusions chromatiques et de compositions fougueuses et intenses.

André RUELLAN, critique d'art


english version
Jacqueline LEMAITRE
Escape within arm’s reach

Largely inspired by the sea, Jacqueline Lemaître likes to give her thoughts sails. Everything she paints seems to be imbued with light and wind. Her work is a constant invitation to leave all weight behind.

Interior navigation

Jacqueline Lemaître first painted oils on canvas before beginning to use watercolours and pastels, mediums which, she affirms, really allowed her to “find her style”, her personal stamp. J. Lemaître is quite close to abstract art in her choice of composition, in that she structures her subjects around strong guiding lines that often recall masts or rigging. If it is easy to recognise what themes her work refers to – sailing ships are practically omnipresent – to look for a real-life copy would be a misinterpretation. Above all else, J. Lemaître only seeks escape, to give her thoughts sails without hindrance, thus calling upon the imagination of the observer. “The presence of the sea influences me constantly” she admits. “And as I live near Cherbourg, the shore is never very far away. All my life I’ve loved the sea. When I was on holiday, I only needed to be away from it a short while to realise how much I could miss it.” And yet Jacqueline admits she dreads sailing. “When my husband owned a Zodiac, I never set foot on board.” One does not need to be a good sailor to travel in one’s imagination. Besides, it is much less dangerous. Is not dreaming, too, an essentiel part of living?

The fluid and the hazy

If, in Jacqueline Lemaître’s work, “line suggests movement”, her painting aims to express the fluid and the hazy. By trying to obtain “smooth” colours which reflect and merge with light, her compositions at times result in joyful firework displays. The taut sails drift into the unknown, at the complete mercy of the power of the winds. And they remind one of ghost ships, yet without bringing about any suggestion of anxiety in the back of one’s mind. Among the books that endlessly feed her creative thought, Jacqueline Lemaître likes quoting “Concerning the Spiritual in Art” by a certain Wassily Kandinsky, one of the great precursors of modern art. However, before following one’s own path, one needs time, a lot of time and a great deal of humility. That is why Jacqueline Lemaître is not afraid of imitating the masters, and in this way studying some of their principal works.

Amongst her timeless “guides” are, to name a few, Van Eyck, Vermeer, Géricault, Murillo, Millet, painters who awaken in her a respectful admiration. Yet is not expressing this a way of elevating oneself, of ascribing to oneself an ambition that is really meaningful?

An independent spirit

“I am relatively independent of mind”, says Jacqueline Lemaître, a woman who has as much will as she has conviction. “So, when I took watercolour and pastel classes, I became bored very quickly following simple instructions. It was then that I realised something essential : without personality, it seemed to me impossible to achieve anything. Progress cannot be made without personal input, an intuition capable of breaking inhibitions. In fact, I especially didn’t want to paint like everyone else. Once the technique was acquired, I immediately wanted to create and I threw myself into it without regret.” This was a very happy decision…

Creation finally imposed itself on her naturally, giving Jacqueline Lemaître a horizon to conqueur and an open space to explore. Today, the exhibitions seem to follow on from one another well for her, taking her as if by ricochet to different destinations. She is not afraid, this time, of physically travelling, finding a real stimulation and inner nourishment in these numerous opportunities to meet people. Without abandoning the sea, which inspires her more than ever, Jacqueline is at the same time exploring music of the spheres. She acknowledges she is also tempted by sculpture, a practice to which her great imaginary architecture lends itself.

Luis PORQUET
June 2008.


That Jacqueline LEMAITRE’s painting is unique in every respect is the very least I can say, combining as it does a masterful employment of sharp gestures with an elegant evocation of motifs transformed into visual and lively poetry.

Thus the artist departs from the beaten track and, with flowing and pearly colours that generate light and space, offers the essence of a subject then redistributes shapes at will while still retaining an astonishing evocative quality.

Brilliant blocks of colour that derive dynamism from their impact on the viewer represent a generous yet finely shaded continuation of all that inspired in the artist this universe thus created. The paintings bear the sign of talent and mark of originality that cannot fail to captivate the observer. 

These gems, heightened by and transfigured with lines and colours, nontheless reign in a universe of impetus and pure creativity, where water, air, and human figures are all obliged to adapt to the remarkable will of Jacqueline LEMAITRE, and to the intense vitality that she draws from this magic spell of effusive colours and impulsive and intense compositions.

André RUELLAN, Art Critic

 

 

2007 - Jacqueline Lemaître - tous droits réservé - hébergement et maintenance S.I.F.
référencé sur normandie-france.com et art-culture-france.com